Le Cercle Celtique, Björn LARSSON

En plein hiver, au mois de janvier, un homme accoste le narrateur dans un ferry qui le ramène chez lui. Voici l’événement déclencheur qui va impliquer notre narrateur et son ami Torben dans une quête sans retour et les obliger à braver les flots déchaînés de la mer du Nord…

Ulf, le narrateur, et Torben s’embarquent pour l’Ecosse sur les traces de Pekka et Mary. Leur seul indice : le livre de bord de Pekka, un navigateur finlandais qui s’est trouvé au mauvais endroit au mauvais moment et qui risque de le payer de sa vie.

Le danger ne vient pas seulement des flots démontés par les tempêtes hivernales qui balaient les côtes, mais aussi des hommes rudes et sans pitié qui font parti de ce Cercle Celtique. Ulf et Torben mettent sans le savoir la main dans un engrenage mortel à la recherche de réponses. Qui est MacDuff, cet homme au double visage ? Qui est Mary, témoin ou victime ? Et le Cercle Celtique ? Une organisation secrète proche de l’IRA, un rêve de fanatiques écossais ?

Ce livre est le deuxième roman que j’ai reçu lors du Swap Scandinavie. J’ai mis un peu plus de temps à le lire que l’autre car j’ai moins accroché. Même si il m’a plu malgré tout, j’ai trouvé dommage les interventions récurrentes du narrateur omniscient. Ce récit, écrit à la première personne, est présenté comme un témoignage de l’aventure d’Ulf et Torben écrit par Ulf. Automatiquement postérieur à l’aventure, le récit est émaillé de ces petites phrases pénibles du genre « il s’en rappellerait longtemps » ou ce genre de choses… De plus l’histoire met beaucoup de temps à se mettre en place et ne commence réellement que vers la centième page. Il faut donc s’accrocher dans le récit et ne pas être impatient.

Par ailleurs, il s’agit d’une aventure intéressante, même si la dimension policière de l’enquête ressort assez mal. Aucun des deux personnages n’est flic et plutôt qu’une enquête bien menée, ils se font plutôt mener eux par les événements…
Je m’attendais en outre à plus de choses sur l’histoire celtique, malgré tout, les données du récit sont déjà pas mal intéressantes et il y a beaucoup de références précises aux lieux et aux sources qu’utilise Torben.

Ce qui m’a, je crois, le plus intéressé, c’est sans aucun doute les nombreuses descriptions de la mer, des côtes et de la navigation. Amoureux de la mer comme je le suis, je ne pouvais qu’être sensible à ça. Toutes les manoeuvres effectuées par Toben et Ulf sur le Rustica et la confrontation de ce monde « marin » spécial aux yeux de Torben qui est un terrien pur m’ont fasciné.

Le Cercle Celtique, Björn LARSSON dans Littérature 9782070406395

Björn LARSSON, Le Cercle Celtique, Folio Policier, 2006, 458 p.

 

 
Extrait :
« Torben ne persista pas. Mais je sentais moi aussi que Mary était un personnage clé. En même temps, je regrettais de ne pas être retourné au Sula lorsque j’avais entendu les voitures partir. Et maintenant, nous nous éloignions à la fois du Sula et de Mary. Peut-être que tout n’était qu’erreur dès le départ. J’avais l’impression que j’avais commis une faute en perdant de vue Pekka et Mary.
Je ne pouvais pas m’imaginer, lors de cette singulière nuit à Anholt, à quel point mon raisonnement était juste. Mais un premier signe allait bientôt surgir.
Torben et moi bavardâmes encore une demi-heure devant un verre de whisky, de presque tout sauf de notre croisière à venir, comme si nous en avions assez des mystères et des mauvais présages. Nous ne voulions être que deux navigateurs qui savourent la satisfaction d’avoir regagné le port après une traversée difficile. D’habitude, l’un des plus grands plaisir de la navigation est de sentir que tous les problèmes sont résolus lorsqu’on est en sécurtié, amarré dans un port. Pour nous c’était le contraire. C’était au port que les problèmes commençaient. »

 


Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6