De l’art de communiquer

Voici un enseignement que j’ai « emprunté »… Il s’agit d’une lettre du Tsar Andrei adressée à Andrei, son petit-fils. Je l’ai lue dans l’excellent roman qu’est Le Libraire, de Régis de Sa Moreira.Je vous laisse juges…

« Lorsque vous écrivez une lettre, Prince, ou un message, quoi que ce soit que vous adressez à quelqu’un, lorsque vous l’avez terminé, que vous en êtes satisfait, demandez vous toujours si vous pourriez l’envoyer au même moment à quelqu’un d’autre.
Si oui, oubliez cette lettre. Ça n’en est pas une. Vous racontez votre vie, Prince, vous n’écrivez pas à quelqu’un. Recommencez ou abandonnez.

Lorsque vous serez bien familier de cette pratique, que plus jamais vous n’enverrez de lettres qui n’en sont pas, et celà prendra du temps, une décision s’ouvrira à vous. Pesez la avant de la prendre car elle est de conséquence. Mais vous la soupçonnez déjà, n’est-ce pas.
Déjà vous commencez à vous dire : et si j’agissais de même avec mes paroles ?

Imaginez, Prince, à chaque phrase que vous allez dire, que vous formulez, si vous vous demandiez : pourrais-je la dire en ce moment à quelqu’un d’autre ? Et si, au cas où effectivement vous le pourriez, vous ne la disiez pas.
Et si vous vous taisiez…
Rares seraient sans doute vos paroles.

Mais il peut se passer autre chose, mon cher Prince.
Il peut se passer qu’en changeant le nom, l’adresse, ou la personne, vous vous rendiez compte par hasard que c’était à quelqu’un d’autre que vous étiez sur le point d’écrire, ou de parler.
Et qu’une fois ce nouveau nom, cette nouvelle adresse, cette nouvelle personne découverte, vous ne puissiez plus en changer.
Alors là, surtout, envoyez.
Alors là, surtout, parlez.
Car vous n’aurez jamais été aussi courageux. »

 


3 commentaires

  1. Valerie M dit :

    Cela fait plusieurs fois que je reviens relire ce texte.
    Je l’ai même emprunté pour le faire lire à des amis (j’espère que j’avais le droit…?)
    C’est vraiment d’actualité, à cette époque où tout le monde et n’importe qui écris n’importe quoi en quelques lignes définitives sur internet !

  2. coeurdechene dit :

    Tu as très bien fait, Valérie :)
    Comme je le dis en introduction, je l’ai moi-même « emprunté » à un roman où il est cité tel quel. Malheureusement je n’ai jamais pu retrouver la source initiale de ce texte… Donc si d’aventure quelqu’un lit ce message est connait l’histoire de ce texte, je suis intéressé :)

    Et je suis entièrement d’accord avec ce que tu dis sur notre époque. C’est d’ailleurs pour ça aussi que j’ai édité ce post. ça me semblait important de remettre des termes sur des valeurs sûres et de parler de choses que l’on a tendance à oublier actuellement, telles que le silence et la réflexion avant la prise de position tous azimuts.

    Merci pour ton passage et ton commentaire. N’hésites pas à visiter l’endroit et à t’exprimer :)

  3. Valerie M dit :

    Hé, bien je suis tombée dans le panneau.
    Moi aussi je me suis mise à écrire des choses plus ou moins définitives sur internet !
    Comme quoi on peut tout à fait penser penser blanc et faire noir (ou l’inverse).
    Mais comme j’ai (un peu) de suite dans les idées, j’essaye de ne pas prendre de position tout azimuts.

    Tu crois que quelques gouttes d’encre comme ça sur quelques sites vont pouvoir changer le monde ?

    Je laisse rarement des commentaires, mais je passe souvent par ici. (mais je n’avais pas vu ta réponse jusqu’à aujourd’hui). J’aime beaucoup !
    Je vais essayer de me renseigner sur ce texte.

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6