10 000, Roland EMMERICH

Une fois n’est pas coutume, je vais parler d’un film…
Nous sommes en 10 000 avant Jésus-Christ. Les grandes civilisations ne sont encore que des rêves et les la Terre n’est peuplée que de clans indépendants de chasseurs-cueilleurs. C’est dans ce monde que va naître le premier héros et que prend racine la première légende.

Le Jour d’Après, Stargate, Independance Day. Voici les trois principaux films de Roland Emmerich. Bien sûr les autres sont connus aussi, mais je ne cite ces trois là que parce qu’ils peuvent se rapprocher de 10 000 et qu’il est tout naturel lorsqu’on les a vu, de se dire qu’il s’agit du même réalisateur.Affiche du Film

L’histoire en quelques mots :
D’Leh (prononcer « délé« ) est un jeune chasseur d’une tribu vivant dans les montagnes, chassant exclusivement le mammouth laineux et survivant tant bien que mal.
Evolet est une petite fille aux yeux bleus lorsqu’elle rejoint la tribu de D’Leh, plusieurs années auparavant. Elle est la seule rescapée de sa propre tribu, décimée par des « démons à quatre jambes »>> des hommes montés sur des chevaux.
Alors que la Dernière Chasse s’achève, le campement est attaqué et la plupart des chasseurs ainsi qu’Evolet sont emmenés en captivité. D’Leh convainc les chasseurs restant de l’accompagner par-delà les Grandes Montagnes pour les libérer.

Le film se déroule agréablement, l’histoire est une jolie fable à laquelle on se plaît à adhérer, surtout pour les beaux yeux d’Evolet (des yeux vraiment sublimes ;) ).
Les paysages sont magnifiques eux aussi, entre les montagnes couvertes de neige et le désert, le spectateur en prend plein les yeux et c’est tant mieux. Le bestiaire préhistorique, peut-être incohérent selon les points de vue, est habilement inséré dans son milieu, du moins celui qu’on imagine lui convenir. Juste un regret concernant le Tigre Dents de Sabre dont l’emploi est un peu trop facile à mon goût…
Ceux-là sont (presque) inoffensifsLes mammouths, eux, sont superbes et leur charge dévastatrice. On plaint vraiment ceux qui se trouvent dessous… D’ailleurs, cette scène n’est pas sans rappeler la charge des dinosaures dans le King Kong de Peter Jackson. En tout cas, rien que pour ça on est content d’avoir le Dolby Digital…

Pour continuer dans les beautés, je ne peux pas oublier de mentionner la musique. Omniprésente, sur fond de tambours, elle cadre parfaitement avec le décors et l’ambiance « surannée » du film :)
Par moment, je me suis demandé si il n’y avait pas du Hans Zimmer là dessous, mais non, le compositeur, qui se trouve être également le co-scénariste, est Harald Kloser. Pour ceux qui ne connaissent pas, il a également signé les B.O. de Alien Vs Predator et de Le Jour d’Après. Une B.O. intéressante, forte, avec un thème qui revient et qu’on identifie facilement. Surtout une musique qui exalte le spectateur et le fait participer entièrement aux combats.Celui-ci est déjà moins conciliant... :)

J’ai malgré tout souris quelques fois devant des scènes « attendues », faciles, presque caractéristiques des grandes productions hollywoodiennes. Ne serait-ce que la proximité des hommes avec certains animaux plus qu’improbable selon les dates… C’est simplement affaire de reconstitution, passons.
Certaines répliques sont… douteuses. Elles sonnent comme le fameux « Le soleil est rouge, beaucoup de sang à dû couler cette nuit » de Legolas dans Le Seigneur des Anneaux… Bon, en tout cas ça détend entre deux sursauts, n’en déplaise à la dame qui était derrière moi et qui n’a pas arrêté de bondir.
Si les mammouths m’ont laissé une excellente impression, ce n’est pas le cas du Tigre Dents de Sabre qui, bien qu’effrayant, devrait relire son Petit Rahan Illustré pour prendre modèle sur ses congénères. Parce que là, vraiment, y a du laisser-aller.Gentil le gros minou...

 

 

 

 

 

 

 

Et puis pour finir en beauté dans toute la splendeur d’un film Made in Hollywood, je vous la sers en combien d’exemplaire, votre prophétie ? Parce que ça c’est un poil abusé quand même. Entre la Légende de l’Enfant aux Yeux Bleus (je met les majuscule parce qu’à chaque fois que c’est dit dans le film, on les entend…), la Prophétie de l’Homme qui murmure à l’oreille des Tigres et celle du Chasseur qui peut tuer le Tout-Puissant, allez-y, faites votre marché ! Et encore, j’ai oublié la toute première, celle du Héros qui libère son peuple et le conduit là où il n’aura plus jamais faim (j’ai eu l’impression d’entendre Skaar chanter Soyez prêtes à ce moment là…).

 

 

J’espère que je vous ai pas trop cassé l’ambiance. Honnêtement, je me suis fait plaisir. Il est sympa, se laisse voir, mais c’est réellement un divertissement. Moi, je me suis laissé bercer par la voix d’Omar Shariff, narrateur de l’histoire, et je suis Alors, c'est pas des beaux yeux, ça... ?entré dans l’histoire. J’ai passé un très bon moment et je ne regrette pas mon billet. Le voir sur petit écran aurait été dommage compte tenu des effets spéciaux et de l’ambiance de salle. Et puis les yeux d’Evolet… emoticone

 

Au fait, le petit clin d’œil du réalisateur à lui-même (enfin je l’interprète comme ça…) : D’Leh, le Chasseur de la prophétie, va devoir affronter un être appelé le Tout-Puissant, vivant dans un décor orienté Egypte et dont on dit qu’il serait venu des étoiles. Il ne craint que le Chasseur qui porte le signe >> le symbole de la constellation d’Orion.
Comment, vous ne voyez pas ? Et si on rajoute Teal’C au milieu ? Ah, quand même :D

Colonel O'Neil, les Jafas vons attaquer..., non ?

 


Un commentaire

  1. petite marie =D dit :

    J’ai pas pu voir la fin !!! je me suis juste arretée au moment ou Evolet se fait tuer >

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6