Salon du Livre de Paris

Malheureusement je n’ai pas de photos pour cette première édition du Salon du Livre… MA première édition, en fait.
J’ai malgré tout passé un Week-End…

… très agréable, malgré ma répulsion parisienne.
Hébergé dans la couronne par mes parents, j’ai quand même réussi, comme chaque fois que je monte à Paris, à être malade. C’est surtout dû au chat… C’te pauv’ malheureuse bête laisse traîner ses poils partout. Et moi, ben voila…

Salon du Livre
Album : Salon du Livre

3 images
Voir l'album
Salon du Livre. Première impression : c’est grand.
Je n’avais pas vraiment d’idées pré-conçues sur la chose, mais ça fait quand même impressionnant de rentrer et de se retrouver avec… des livres partout partout !
Ma priorité étant de rencontrer certains auteurs que j’avais selectionné, j’ai passé relativement peu de temps à déambuler et un peu plus dans les queues.

Ainsi, j’ai commencé samedi matin par une énième rencontre avec Pierre Bottero, auteur entre autre de La Quête d’Ewilan.
Cette fois j’ai fait dédicacer un album qu’il a écrit en collaboration avec le dessinateur Jean-Louis Thouard. Cet album, un conte appelé Isayama et que j’assimile à un conte tibétaine, est une formidable leçon de vie. Donc encore un ouvrage magnifique de cet auteur que je recommandes chaudement.

Mon rendez vous suivant étant en début d’après midi, j’ai pu balader dans les travées, jeter un œil au stand de nos amis québécois et bretons. J’ai d’ailleurs longuement bavé devant les ouvrages sur la mer et la navigation exposé en Bretagne, ainsi que sur les ouvrages féériques, bien sûr.

14h, rendez vous incontournable pour moi : une rencontre avec Alan Lee, l’illustrateur attitré des œuvres de Tolkien. Un homme extrêmement sympathique, plein d’entrain et heureux de partager quelques minutes avec les lecteurs. J’ai eu ma dédicace, mais je n’ai pas osé demander un dessin… j’aurais dû… Tant pis, ce sera pour le prochain salon où je le verrais.

Enfin, gros moment de tension à la fin de la journée : Raymond E. Feist est annoncé sur le stand de Bragelonne, une de mes maisons d’édition favorite. Très attendu, l’homme s’installe comme un prince et signe les ouvrages avec l’élégance d’une machine. Etant détenteur de l’édition Collector de Magicien, signée et numérotée, j’ai réussi à négocier le rajout d’une adresse à mon nom. Mais pour le coup, vraiment, c’est une rencontre que j’attendais et qui n’a pas été la meilleure.

Enfin, pour me consoler je suis allé rire à l’expo du Chat de Geluck, et vraiment je me suis régalé. Puis j’ai retrouvé des amies du Biblioblog et nous avons fini la journée ensemble en allant parler aux petits éditeurs. D’ailleurs, je crois bien que c’est là que j’ai fait mes seuls achats du Week-End : aux éditions Allia, deux volumes des œuvres de Lord Byron (Poèmes et Caïn). Comme nous le remarquâmes, les couvertures sont vraiment très belles, simples et agréables, mais c’est surtout le format de la collection qui a retenu notre attention. Assez petit, l’ouvrage se glisse facilement dans un petit sac ou une poche, idéal pour les courts voyages (style métro ou tram). Et relativement économique.

Le dimanche s’est passé joyeusement dans la touffeur du Hall 1 où l’air est vraiment très lourd. La matinée a été consacrée à la culture japonaise et surtout aux mangas. Mon frère qui m’accompagnait à ce moment m’a gentiment offert le coffret de Chrno Crusade tandis que lui s’achetait D.N.Angel. Eh oui, on se fait plaisir comme on peu :)

Enfin, l’après midi, j’ai rencontré Erik L’Homme, un conteur hors pair que j’aime beaucoup et dont les romans me font rêver (Le Livre des Etoiles, Le Maître des Brisants sont ses deux séries les plus connues). Moi bien sûr, j’ai fait signer un ouvrage peu connu : Contes d’un Royaume Perdu, un recueil de contes rassemblés par l’auteur lors d’un voyage dans l’Himalaya, dans un petit village au cœur d’une vallée. Fait marrant, dans la vallée voisine, un autre auteur / ethnologue avait élu domicile : Jean-Yves Loude…
Après cette rencontre très agréable et deux minutes à bavarder, je me suis dirigé vers le stand de Laffont pour tenter d’approcher Marc Lévy. Et c’est une vraie gageure car la veille la queue accueillait bien 300 personnes au moment le plus fort. Coup de chance, il y avait seulement une vingtaine de personnes à attendre lorsque je me suis mis dans la file. J’ai donc pu discuter également avec lui des Enfants de la Liberté, un homme charmant et très attentif à ses lecteurs. J’ai été très agréablement surpris.

Avant d’attendre le dernier auteur de ma liste de rencontres, mon frère, qui avait eu le temps de faire plusieurs fois le tour du salon pendant mes séances d’attente, m’a amené sur le stand de Gründ et m’a offert un album (au cas où ce serait pas encore claire, j’aime énormément les albums) que j’ai pu immédiatement faire signer par l’illustrateur, Ephémère, de son petit nom, et l’auteur Jean-Luc Bizien. Cet album magnifique, L’Arbre du Désert, raconte sous forme de conte africain l’histoire du Baobab, cet arbre géant d’Afrique dont le nom signifie Celui qui défia les dieux.

Et c’est à ce moment là que le drame se produisit… Bien placé dans la file pour ma dernière rencontre, 16h50, plus que dix minutes à attendre l’auteur, Jérôme Camut. Je serre contre moi le dernier tome de Malhorne, sa tétralogie fantastique que j’ai fini de lire dans le train en montant sur Paris et qui m’a époustoufflé. Vraiment, c’est plus qu’un roman. Bientôt je ferais une critique complète sur la saga… Et là, disais-je, le micro grésille et les haut-parleurs diffusent une annonce comme quoi le public est invité à sortir dans le calme pour cause d’intervention technique. En gros, nous avons eu une alerte à la bombe. Lassés de la journée, nous sommes rentrés, mon frère et moi, sans attendre le retour au calme. Bien nous en prit. Le lendemain je lisais dans les journaux que l’alerte avait duré 1h30…

Un excellent Week-End pour moi, mais qui s’est malheureusement soldé par une note négative à cause de cette alerte. Il me manque donc la rencontre avec Jérôme Camut. Ce n’est qu’une question de temps…

 


4 commentaires

  1. Yohan dit :

    Je ne pensais pas être intrigué un jour par un livre de Marc Levy, mais ce que tu dis de lui, et ce que tu as pu dire de son roman Les enfants de la liberté m’interpelle.
    Peut-être vais-je plonger ?
    En tout cas, ce sera en emprunt, quand même !

  2. coeurdechene dit :

    Yohan, Je ne peux que t’encourager à lire celui-ci. Il change réellement des autres qu’il a écrit. Pour peu, ce ne serait presque plus le même auteur…
    Si tu plonges, remontes ensuite nous dire ce que tu en a pensé. Je lirai ton commentaire avec beaucoup de plaisir et d’attention.

  3. dasola dit :

    Je suis allée au Salon du Livre le samedi. Il y avait du monde mais cela allait, on ne se bousculait pas. Dans les ventes dédicaces qui avaient du succès, il y avait une queue phéonoménale pour Anne Gavalda que j’ai vue de loin (elle paraît sympathique). Sinon, j’aime bien le Salon du Livre, j’y vais tous les ans (ou presque) depuis sa création. C’est l’occasion de découvrir de petites maisons d’éditions et de nouveaux auteurs. Mais évidemment, les stands les plus visités sont les plus connus. Le reproche que je fais au Salon c’est que l’entrée est payante et il n’y a pas de remise quand on achète les livres.

  4. coeurdechene dit :

    Je suis tout à fait d’accord avec toi Dasola,
    les petits éditeurs indépendants sont mal mis en valeur et le public se précipite avant tout sur les « gros » stands.
    Et tu mets le doigts sur ce qui m’a surpris de manière assez négative : je pensais que vu la masse de vente possible sur ce seul WE, les éditeurs consentiraient à un rabais, au moins le 5% prévus par la loi… mais même pas. Je trouve ça pas vraiment sympa. Surtout que comme tu le dis, l’entrée est payante. Mais rassure toi, elle est moins chère que pour le Festival de la BD d’Angoulême. 7€ à Paris contre 13€ hors réductions pour Angoulême. Là, vraiment, c’est du vol qualifié…

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6