L’Imposteur, Louise COOPER

Soixante ans se sont écoulés depuis que le Chaos à renversé les dieux de l’Ordre. Après parlementation, les quatorze dieux sont arrivés à un consensus. Ils n’interfèrent plus dans le monde des mortels. Pourtant, des signes apparaissent. Les choses se précipitent et un nouvel élément entre en jeu. Soixante ans après, le conflit est sur le point de renaître…

J’ai reçu ce roman grâce à ma participation à l’opération « Masse critique », lancée par le site Babelio. Le deal est simple. Il suffit de s’inscrire en temps et heure, de créer son propre espace et de choisir le roman dans la liste proposée. Après tirage au sort, un mail vous précise si votre choix est validé ou pas

Il s’agit ici de l’Imposteur, le premier roman du nouveau cycle de Louise Cooper, La Porte du Chaos, qui commence soixante ans après la Trilogie du Maître du Temps.
Dans un monde où les dieux sont plus ou moins absents, l’Equilibre est en passe d’être rompu par les agissements d’un élément du Chaos qui tient enfin le moyen de prendre sa revanche.

Le Maître du Temps s’achevait sur l’ascencion de Tarod au rang de septième dieu du Chaos, afin de rétablir cet équilibre. Ici, nous retrouvons tous les protagonistes de cette histoire, en tout cas du point de vue des dieux. Pour les mortels, les dignitaires de l’époque sont tous morts, ce sont leurs successeurs qui auront la lourde tâche d’empêcher le monde de sombrer une nouvelle fois dans le Chaos. Mais les Sept dieux du Chaos vont-ils accepter également l’ingérence de cet élément incontrôlable ? Définition fortement ironique : un élément incontrôlable au sein du Chaos… Et pourtant…

Dès le début du roman, Louise Cooper fait le pont avec la trilogie du Maître du Temps et marque des points en lançant directement le lecteur dans l’histoire. Peu de temps morts, une excellente maîtrise des personnages et ce qu’il faut d’intrigue. Tout est savamment dosé pour faire du premier roman de ce nouveau cycle une entrée en matière percutante.

Le roman pourrait se découper en trois partie, chacune amenant son lot de rebondissements. La première fait bien sûr le lien avec le cycle précédent qui se clôturait 60 ans plus tôt.
La seconde insiste sur le monde dont l’équilibre est en pleine rupture et sur les conséquences des événements de la première partie.
La troisième, enfin, finit de poser l’histoire pour les volumes suivants. Tous les personnages sont en place, chacun avec ses buts et sa volonté propre. Le bal peut commencer.

L’écriture est toujours agréable à lire, fine, avec des dialogues plaisant. La narration coule et se déroule sans accrocs. Un bémol cependant à quelques fautes qui se sont glissées dans le roman et quelques phrases bancales qui font bizarre à la lecture. Mais très peu. Trois m’ont sauté aux yeux.

Au final, un excellent roman de fantasy qui inaugure encore un cycle intéressant sur l’affrontement entre l’Ordre et le Chaos. J’attends la suite avec impatience :)

L'Imposteur

Louise COOPER, La Porte du Chaos Tome 1 : L’Imposteur, Bragelonne, 2008, 323 pages.

 

 

 

 

Extrait :

Keridil Toln, le Haut Initié, est mourant.

Keridil sentit quelque chose se détendre au fond de lui. C’était là l’instant que son instinct lui avait promis. La dernière chose qu’il avait à faire, le message qu’il devait délivrer. Au nom d’une vieille amitié détruite, d’une dette qu’il voulait rembourser depuis soixante ans.

Des yeux verts, visibles de lui seul, se posèrent sur le Haut Initié, et il sentit de nouveau, après tant d’annèes, la présence de cet ami trahi ; cet ami enfin redevenu lui-même, qui retournait à l’aube de cette nouvelle ère, au royaume qui l’avait vu naître.
Le mortel et le Seigneur du Chaos se dévisagèrent au-delà du gouffre du temps et de la mémoire, et Keridil prononça ses dernières paroles :

- Elle n’est pas comme Sashka. Prends garde, Tarod. Prends garde.

Les fines lèvres se retroussèrent, les yeux d’émeraude se refermèrent, et la vision disparut. Keridil retourna la tête vers la haute silhouette aux cheveux d’argent qui l’attendait encore. Il entendit son dernier souffle – un souffle paisible, pas le râle auquel s’attendaientles médecins – et constata que la pièce avait pris un tout autre aspect. Son âme quitta lentement sa coquille.
Il s’éleva. Le corps, l’enveloppe qu’il laissait derrière lui tressaillit une fois avant de s’affaisser lentement sur les oreillers. La main tendue de Keridil attrapa les doigts inhumains, et il n’entendit pas les sanglots étouffés d’une femme lorsqu’il quitta les contraintes de ce monde.

 

 


4 commentaires

  1. Leiloona dit :

    Je n’ai pas été happée ni conquise par l’écriture de Louise Cooper. Et j’ai refermé ce livre avant sa fin.
    J’ai mis ton lien sur mon blog, histoire de contrebalancer ma critique …

  2. coeurdechene dit :

    Bienvenue ici, Leiloona :)
    Je ne crois pas avoir dit que j’avais été « happé » par la lecture. J’ai surtout passé un agréable moment avec des personnages que j’avais apprécié dans la précédente trilogie.
    Peut-être n’as tu pas lu les tomes précédents et du coup ça aurait motivé ton malaise par rapport à l’histoire ?
    En tout cas merci d’être passée par ici. N’hésite pas à revenir ;)

  3. juju30 dit :

    Salut j’ai bien aimé la trilogie du maitre du temp mais j’ai remarqué que louise cooper avait fait d’autres suites de livres comme indigo ou encore the star shadow trilogy… et donc j’aimerai savoir si ils seront traduits et édité en français?

  4. coeurdechene dit :

    Bonjour JuJu30.
    Pour répondre à ta question, je n’ai malheureusement aucune idée du planning des traductions mis en place par Bragelonne.
    Ceci dit, le deuxième tome de la présente trilogie, Les Portes du Chaos, sort à la fin du mois.
    Pour des informations plus précises sur les autres ouvrages de Cooper, je ne peux que te renvoyer sur le site des éditions Bragelonne.

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6