« Casserole Blues »

Mardi se tenait pour moi la troisième (ou quatrième, je ne sais déjà plus) réunion de l’atelier d’écriture auquel je participe. Et dernière de l’année… Elles vont être longues ces trois semaines sans atelier… M’enfin, il y aura toujours les fêtes au milieu pour se changer les idées :)

Et bien sûr, en période de fête, le thème ne pouvait porter que sur Noël. L’accroche cette fois était la suivante :
« Noël approche, c’est une grande fête, mais qu’en pensent les jouets ? » Et pour pimenter un peu la chose, il était obligatoire de faire figurer dans son histoire le mot « casserole ». Qu’il soit bien claire que je n’ai pas triché ! Le titre a été rajouté lors de la mise en propre du texte…
Comme d’habitude, si vous avez des réactions, laissez m’en une trace, sinon il m’est impossible de m’améliorer :s

 

Casserole Blues

Depuis quelques jours, la maisonnée est en chantier. Les malles s’entassent dans le corridor, ça crie, ça court, ça saute, ça exulte et ça jubile.
Noël arrive à grand pas et cette année, il se fera en famille, chez mamie.
Demain, c’est le départ. Dernier tour d’horizon des parents qui veillent à ce que tout soit en ordre, bien rangé et que la chambre du petit soit propre. Parce que c’est pas tout de partir, mais au retour, c’est quand même bien agréable d’arriver dans une maison propre et rangée.

Nicolas n’est pas de cet avis.
Bien sûr, il est content de retrouver mamie, et de revoir son cousin Eddie avec qui il va encore pouvoir jouer au chevalier… Mais quand il regarde sa chambre toute bien rangée, ça lui sert le coeur.

- Maman, mais ils vont s’ennuyer sans moi, mes jouets ! Surtout si ils sont tous rangés comme ça, séparés les uns des autres.
     – Nicolas, ne commence pas ! Ce soir tu ne touches à rien, on dort tôt parce que demain on a de la route à faire.
-
Mais maman…
-
J’ai dit NON !

Pendant la nuit, Nicolas se réveille.
Il est persuadé d’avoir entendu parler. Mais c’est impossible. Tout le monde dort et il est seul dans sa chambre.
Il se rendort, un peu inquiet quand même.
Le jour se lève à peine qu’il est secoué par sa mère.
     – Allez, debout. On doit partir tôt.
Elle recule et marche sur un jouet.
-
Nicolas ! Je t’avais dit de ne rien ressortir !
-
Mais j’ai rien touché…
-
Ah oui ? Et ça c’est quoi ? Vraiment, tu es pénible… Je ne sais pas si le Père Noël t’appportera quelque chose cette année.
Le pauvre est au bord des larmes. Il ne comprend pas d’où vient ce jouet, il les avait pourtant tous rangés la veille.
Voyant son désarroi, sa mère s’adoucit un peu et le presse de s’habiller.
Moins d’une heure plus tard, la voiture quitte l’allée. Ils sont partis.

Dans la maison silencieuse, le tic-tac de l’horloge de la cuisine règne en maître.
Soudain, un sifflement retentit.
Le colonel Bel, des G.I. Joe se redresse et sonne encore une fois le rassemblement.
Alors la chambre de Nicolas s’anime.
Tous les jouets prennent vie et viennent s’attrouper autour du colonel, lequel organise immédiatement les choses.

- Bon, ce soir c’est Noël. J’ai bien cru qu’ils ne partiraient jamais. Je sais que c’est une fête que vous attendez tous avec impatience, surtout que l’an passé on n’a pas pu la faire…
Alors cette année, on va se faire plaisir !
Un choeur d’applaudissements ponctue le discours.
Bel reprend :
     – La décoration est déjà en place, en partie du moins. Le sapin est prêt, il suffira de brancher la guirlande électrique. Doc et Géo, vous vous chargez du câblage. Mamie Baba part en cuisine avec des volontaires pour préparer le gueuleton. Et s’il n’y a personne, je désigne les volontaires d’office ! Les Barbapapa, je compte sur vous pour me créer une ambiance Noël dans le salon, avec une scène pour la musique et un comptoir pour la buvette. Pour tout ce qui concerne les constructions, les Playmobils s’en chargent avec les ingénieurs Lego. Nous avons tous les Kapla a disposition. Spiderman, tu vas t’occuper d’accrocher quelques guirlandes en plus, et il faudra me redresser cette étoile, dit-il en pointant le sommet du sapin. Les coussins et les peluches, vous vous rassemblez pour me faire un circuit. Au programme nous aurons Karting de Majokit et saut d’obstacle avec les Tuniques Bleues et les Indiens. Ah… les Playmobils, vous penserez à monter des baraques de stand pour la foire. Ce sont les Kinder qui fournissent les lots.
Bon, je crois que j’ai tout dit…

La foule s’agite quelque peu, chacun voyant avec son voisin la manière de faire le plus rapidement possible les préparatifs pour aller ensuite jouer, ou commentant les activités promises par le colonel. Une bousculade éclate tandis que deux personnages en viennent aux mains.

- Batman et Joker ! FIXE !!! Qu’est-ce que c’est que cette attitude ? Hein ? Le jour de Noël ! Bon, vous êtes donc tous les deux volontaires pour aller aider en cuisine. Mamie Baba vous dira quoi faire.
Je crois que cette fois, c’est bon. Bien sûr, ceux que je n’ai pas cité ou qui se trouveraient soudain au chômage technique, vous aidez les autres. Voyez où vous pouvez être utile.
Des questions ?
Les Dragons ? Mais en cuisine, bien sûr. Pour faire cuire les gâteaux !
Allez, maintenant, EXECUTION !!!

Les préparatifs lancés, le colonel Bel appela Action Man, Musclor, Shee-Ra et le Capitaine Flam. Tous les cinq s’éloignèrent et bientôt une musique rythmée envahit la maison, donnant du coeur à l’ouvrage des travailleurs.

Alors que le jour faiblissait, la neige se mit à tomber à gros flocons, faisant l’envie de tous.
Les Playmobils et les Lego sortirent leurs luges et permirent à chacun d’apprécier la poudreuse toute fraîche. Vraiment, Noël s’annonçait sous les meilleurs auspices.
Et effectivement, tout se passa pour le mieux.

Il n’y eut qu’un incident à déplorer en cuisine, sans gravité heureusement :
Batman, en reculant sans regarder, en tout cas à ce qu’il prétend, écrasa fortement la queue d’un des dragons chauffe-plat. Celui-ci, de surprise et de douleur, souffla un jet de flammes qui partit vers le Joker. Ce dernier ne dû qu’à son incroyable agilité ainsi qu’à de formidables réflexes d’esquiver l’attaque et de ne s’en tirer qu’avec quelques poils roussi et un regard assassin en direction d’un Batman faussement désolé.

Enfin la soirée passa.

Les activités prévues contribuèrent au bonheur de chacun, mais le clou de la soirée, qui fit l’unanimité dans l’assemblée des jouets, fut sans nul doute le concert de Noël proposé avec brio par le groupe auto-baptisé Les Cinq Fantastiques.
Tandis que Shee-Ra chantait, Bel enflammait le piano du Lucky Saloon, le Capitaine Flam faisait des prouesses au saxo, Musclor s’improvisait Guitar Hero de la basse et Action Man menait la barque un rythme d’enfer avec sa batterie.
Vraiment, du grand art. Tous les jouets applaudissaient, chantaient, dansaient sur la musique et lorsque les douze coups sonnèrent, marquant l’apogée de la fête, l’assemblée conquise reprenait pour la troisième fois le morceau phare de la soirée, le désormais fameux « Casserole Blues ».

Ce fut, de mémoire de jouet, le meilleur Noël que l’on eut passé.

 


3 commentaires

  1. Leiloona dit :

    J’aime beaucoup ! J’ai pensé en lisant ton billet à Toy Story et Disney (quand les objets s’animent pour faire un ballet). :D

  2. coeurdechene dit :

    Lol :)
    Merci. C’est une référence à laquelle je n’avais pas pensé (pourtant, elle aurait dû me sauter au visage…). Comme quoi, hein ;)
    Maintenant que tu me l’as dit, je ne vais pas arrêter d’y penser :p

  3. Scorpius dit :

    Encore une fois, génial ! ;)
    Rien à dire :) . j’aime beaucoup ton style :)

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6