Jouer avec le feu

Encore une fois un texte de mon atelier d’écriture qui me procure de plus en plus de plaisir.
Cette fois, il s’agissait de piocher un objet dans un sac, objet dont nous devrions nous servir dans notre texte.

Pour ma part, j’ai pioché un briquet. Et la consigne était d’écrire sur le thème d’une enquête policière.
Je vous laisse juge de ce que ça a donné. Je précise à nouveau que le texte a été écrit en 45 minutes et ensuite partagé à l’oral avec mes compagnons de jeu. En le mettant au propre, j’ai corrigé les fautes de français et les éventuelles erreurs, mais n’ai pas changé la nature du texte. Bonne lecture !

 

19h15
Branle-bas de combat dans la cuisine. Toutes les fourchettes étaient sur les dents tandis que l’impatience des couteaux s’aiguisait. La foule s’amassait auprès des fils à rôti tendus pour délimiter la scène de crime.
Sur place, l’inspecteur B. Riquet menait l’enquête.
Il arpentait l’endroit depuis plusieurs minutes, décrivant de larges cercles autour des victimes : deux Gauloises gisant éventrées sur le plan de travail.

« Inspecteur ! Inspecteur ! La Presse !
- Hmm ? Déjà ? Ils n’ont pas perdu de temps…, il grommela quelques mots puis repris tout haut. Bon, inutile de différer. Quand faut y aller… »

Il s’avança vers le groupe amassé derrière le fil de rôti. La démarche souple. Sourire aux lèvres. Le regard assuré. Dès qu’on le vit, les cris et les questions fusèrent.

« Inspecteur ! J’ai une question ! Inspecteur !
- Hmm… Oui, Presse-ail ?- Inspecteur, que s’est-il passé ? Avez-vous déjà des éléments pour orienter votre enquête ?
- Eh bien, sans trop vendre la mèche, je pense que nous sommes sur une histoire brûlante. Pour l’instant nous avons les corps de deux allumeuses atrocement mutilés. La piste est froide mais nous cherchons. Vous n’êtes pas sans savoir que nous avons Duflair… N’est-ce pas Duflair ?
- Oui monsieur, acquiesça l’interpellé, un camembert à qui on ne la faisait pas.
- Mais surtout, repris l’inspecteur, n’allez pas m’écrire un brûlot avec tout ça. Je vous ai à l’oeil ! Bon. D’autres questions ? Oui ?… Oui, Presse-Agrume ?
- Inspecteur, vous avez une réputation de tête brûlée dans le milieu. Nous savons également que vous laissez les informations filtrer goutte à goutte. Pouvez-vous nous assurer que cette fois vous ne chercherez pas à diluer les infos essentielles ? Donnez-nous en plus, s’il vous plaît. Allez, inspecteur, un zeste de bonne volonté !
- Ecoutez, ça ne sert à rien de s’échauffer les esprits. Laissez la police faire son travail et dès que nous aurons de plus amples informations, vous serez avertis.
- Inspector ? Can I ask you some questions ?
- No, please. Listen ! Let Police do its work and when we’ll get more informations you’ll be contact !
- Okay, thanks !
- You’re welcome. DUFLAIR !!!
- Monsieur ?
- C’était qui, ça ?
- Pression. Un étranger qui fait de la concurrence. Entre vous et moi, si il continue à se faire mousser comme ça, il va se faire mettre en bière…
- Hum,,, Où en sommes-nous ? Comment ça se passe avec vos bleus ?
- Eh bien, comme vous le savez, je suis très coulant, mais il faut en faire un minimum. Pour l’instant mon équipe avance. Bleu de Bresse a repéré près des cadavres une étrange substance odorante, légèrement gluante. Et pas la peine de me regarder comme ça, ça ne vient pas de moi !
- D’accord. Ton avis ?
- Aucun pour l’instant. De sons côté Bleu d’Auvergne a réalisé l’enquête de proximité. Pour l’instant, rien de concluant. Pour l’instant.
- Bon, une impasse, quoi. Ok. Bon. On s’enflamme pas… Réfléchissons. Ce qu’il faut, c’est faire la lumière sur cette histoire. Qu’est-ce qu’on a réellement ? Deux Gauloises réduites à l’état de meuble Ikéa, une substance étrange et la presse sur le dos… Pour les Gauloises, c’est pas des clopinettes qui ont fait ça. J’vous l’dis ! Toute cette histoire sent le gaz…
- Il m’avait semblé aussi…
- Hum ?
- Oh ! Rien. Je dis juste que j’ai l’impression que ça sent le gaz. Enfin, pour l’instant, je dirais plutôt que ça sent le brûlé, même.
- Le… ? Oh ! Nom d’une pipe !!! C’est pas vrai !
- Quoi ? Qu’est-ce que j’ai dis ?
- Duflair, mon vieux, t’es un vrai génie ! cria Riquet en s’élançant comme un feu de prairie vers la cuisinière.

A hauteur du premier feu, il stoppa net.
Devant lui, allongées deux par deux, une vingtaine de Gauloises se consumaient lentement. Dans un silence total.

Quelques « pour l’instant » plus tard, aidé de Duflair et ses acolytes, les clopes étaient éteintes et enfermées en lieu sûr.

« Duflair, assurez-vous qu’on ne les passe pas à tabac. Ça pourrait en démanger certains.
- Bien monsieur. Heu…
- Oui ?
- Je voulais vous dire… bravo monsieur. Encore une fois, vous avez su prévenir l’incendie. Mais si je puis me permettre… Comment ?
- Comment j’ai deviné ? Très simple. Elémentaire, même. La substance gluante trouvée par votre bleu est en fait une poudre hallucinogène très toxique. Elle prend cet aspect gluant lorsqu’elle est brûlée. Consommée, elle agit comme une drogue. Je sais que ces dames en sont friandes. A mon avis, ces gauloises se sont simplement monté le bourrichon et ont voulu en finir. Deux d’entre elles ne devaient pas être d’accord, elles ont fini dans l’état où nous les avons trouvé.
- Fantastique !
- Mais que faisaient-elles autour du feu ?
- Ces bécasses voulaient certainement faire sauter toute la maison. Mais elles étaient dans les brumes de la drogue et ont donc oublié un élément capital.
- Ah oui ? Lequel ?
- Si nous, dans la police, nous utilisons nos capacités de déduction, notre cuisinière, elle, est passée à l’induction… »

 

 


3 commentaires

  1. Ton frère dit :

    Très joli jeu de mot à la fin.

    Félicitation pour l’imagination. Je vois qu’en matière d’écrire tu t’améliore même si tu aimes te prendre le chou avec un style compliqué.

    Soit simple.

  2. Scorpius dit :

    Vraiment sympa, j’adore ! ;)
    Et les jeux de mots sont atrocement super ! :D

  3. alice dit :

    j’aime bien l’idée d’utiliser des objets comme personnages principaux

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6