Pour quelques muscipules de plus…

Un texte de plus, dans la série de ceux écrits lors de mon atelier d’écriture.

Cette fois, il s’agissait de piocher un mot rare dans le Dictionnaire des Mots Rares et Précieux, sans en lire la définition. Nous étions neuf, il y eut donc neuf mots rares à insérer comme nous le pouvions dans un texte, narratif ou non. Les mots utilisés sont en rouge dans le texte.
Et après avoir légèrement hésité, je vous mets quand même la définition de chacun d’eux à la fin du texte, histoire de se tenir au courant. Et pourquoi pas de pouvoir le replacer dans une conversation un de ces quatre, devant les yeux de vos ami(e)s éblouis :)
Paraît-il que parler de muscipule fait toujours son petit effet en société ;)

 

 

« Liberté ! Liberté chérie ! Où t’ont-ils bastillé ? » pleurait le poète dans son trou.
C’était l’époque où le Vidal Naquet. Une époque sombre et sans concessions.

Et moi, petit être insignifiant, je battais déjà le pavé de la capitale pour trouver ma pitance.
J’avais élu domicile dans un bordel dont la renommée n’était plus à faire. Connu pour ses avaleresses et fréquenté par des gens pas trop regardant.
La patronne, une tenancière au visage rougeaud où bourgeonnaient les mycodermes, m’avait accepté avec un rire gras. Je gagnais ma croûte à la sueur de mon front, récurant les gamelles en cuisine, changeant les draps des chambrées, astiquant les sols et éliminant les muscipules qui venaient se nicher dans les combles dès qu’un peu d’humidité verdissait les murs.

D’ailleurs, j’avais trouvé plus intéressant que de les éliminer : la minuit venue, je me faufilais sous le toit muni d’un cabas et les attrapai. Vivants, dans mon sac, ils restaient blottis de peur et n’émettaient aucun son. Ce qui servait bien mon affaire car les patrouilles du Guet tiennent au respect du couvre-feu. La dernière fois que j’ai été attrapé, ils m’ont tellement palissonné que j’ai boité trois jours durant et eu deux dents cassées.

Ce sont des brutes, au Guet. Mais plus tard, je serais comme eux. J’aime bien l’uniforme. Et pis comme ça, je pourras me venger.

Bref, comme je disais, les muscipules, je les attrape et je les mets dans mon sac. Mais faut faire attention, parce qu’ils mordent, ces sales bêtes. Ensuite, aussi discret qu’un Loup-Cerve qu’à repéré un jeune cochonglier sans défense, je vais les ruelles jusqu’à la maison de l’Alchimiste. Puccinie, qu’il s’appelle.

J’l'aime bien, lui. Il est gentil, pis contre les muscipules il me donne des friandises, et de temps en temps un ou deux pamphile qu’un écrivain public lui a donné en paiement d’un service et qu’à mon tour je donne aux filles du bordel.
Qu’est-ce que j’en aurais fait, moi, des pamphiles ?
C’est bon pour les filles, ça !
Du haut de mes treize ans, je regardais la vie face à face.
J’ai fais la nique au Guet plus souvent qu’à mon tour, ai fini au trou une paire de fois. Suis sorti. Ai recommencé.
La liberté d’un gamin de la rue. Je l’ai vécue et expérimentée dans tous les sens. La vie, en somme.

Comme le vieux Puccinie m’avait à la bonne, j’ai appris à lire et écrire sous son autorité. A sa mort, je me suis retrouvé seul, sans rien d’autre qu’un crâne de Loup-Cerve aux bois majestueux. Le reste a été pris pour payer ses dettes.

A défaut d’avoir pu changer le plomb en or et trouvé le secret des pierres, pour éponger ses dettes on a trouvé que son plomb valait de l’or et que ses pierres renfermaient peut-être quelque secret. Tout a été embarqué.

Quant à moi, après avoir écrit au charbon mes peurs, mes angoisses et tout ce que la vie m’avait fait, donné et repris, sur tous les murs de la grande ville, j’ai été une nouvelle fois arrêté par le Guet.

Dans ma cellule, tel le légendaire Blaireau de Ravennes, je chante une litanie, en boucle, jusqu’à rendre fous mes geôliers. Mais je sais que c’est moi qui deviens fou.
Et je pleure, au fond de mon trou.

« Liberté ! Liberté chérie ! Où t’ont-ils bastillé ? »

 

Définitions (tirées du Littré)

Avaleresse : Nom, dans les mines de houille, des bures que l’on est occupé à creuser, tant que l’on n’a pas atteint la houille. Un fonçage ouvert dans les couches crétacées ne prend le nom de puits que lorsqu’il est arrivé au terrain houiller et qu’il a été cuvelé ; tant que son existence n’a pas été assurée, il reste désigné sous le nom d’avaleresse. [Burat, Traité des minéraux utiles, p. 215]

Bastillé : Terme de blason (Héraldique). Garni de créneaux renversés vers la pointe de l’écu.

Loup-cerve : Femelle du loup-cervier. [Loup-cervier = Quadrupède carnassier ressemblant à un grand chat, mais à queue courte.]

Muscipule : Terme de botanique. Plantes muscipules, plantes qui prennent les mouches, dites vulgairement attrape-mouches : telles sont la silène muscipule (caryophyllées) et la dionée muscipule (droséracées).

Mycoderme : Sorte de levure qui apparaît sous forme de voile à la surface des liquides fermentés ou sucrés. [Définition issue de Mediadico]

Naquet : Proprement garçon de jeu de paume, et, par suite, homme de peu d’importance (mot vieilli). Car se trouver parmi petits naquets, Quand chacun d’eux à votre honneur s’apprête à rimailler bien ou mal leurs caquets, Point ne convient à tout homme de tête. [Chaul. Bouquets, 6]

Pierre Vidal-Naquet : (Paris 1930 – Nice 2006) Historien, Helléniste et militant français. [C’était pour le jeu de mot… Donc je vous le mets quand même ;) Sources Wikipédia]

Palissonner :  Passer les peaux au palisson. [Palisson = Instrument sur lequel les chamoiseurs passent leurs peaux pour les rendre plus douces. Quand cette façon est achevée et que les peaux ont pris l’humeur, on les foule aux pieds, puis on les passe les unes après les autres sur le pinçon ou palisson, qui est une sorte d’instrument de fer plat, large et presque rond par le haut, à peu près semblable à un battoir de lavandière, emmanché d’un bâton ; cette façon s’appelle ouvrir les peaux, Dict. des arts et mét. Mégissier.]

Pamphile : 1- Jeu de cartes analogue à la mouche. Nom du valet de trèfle au jeu de pamphile, où il est le principal atout.
2-  Par extension, homme de peu de valeur. Un Pamphile, en un mot, veut être grand, il croit l’être, il ne l’est pas, il est d’après un grand. [La Bruyère, IX.]
3- Espèce de papillon.

Puccinie : [voir NOIR des céréales...] >> Le noir, nom donné par les agriculteurs à des champignons qui recouvrent, sous la forme de croûtes noires, les faces des feuilles et quelquefois les rameaux de certains arbres. Le meilleur moyen de détruire le noir est d’enlever les branches et les feuilles qu’il attaque.
Noir des céréales, maladie des céréales et spécialement du froment, produite par un champignon (puccinie des graminées, uredo frumenti).
Maladie des orangers produite par une espèce de champignon microscopique.

 

 

 


Un commentaire

  1. Scorpius dit :

    Un texte très intéressant, ne serait-ce que pour les mots complexes utilisés ;)
    Je n’en connaissais aucun, alors forcément, on a tout de suite l’envie de jeter un œil à la fin :D
    J’ai déjà hâte de lire ton prochain écrit ! :)

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6