La Mécanique du Talion, Laurent GENEFORT

Il s’appelait Kovall.
Ils l’ont torturé au-delà de toute douleur, au-delà de l’imaginable. Pourtant, il a survécu. Il s’est reconstruit. Mais Kovall est mort.A présent, il s’appelle Valrin et il ne vit que pour une seule chose : leur faire payer.

La traque commence. Valrin est tout entier consumé par la haine. Alors qu’importe le pouvoir de l’ennemi, sa puissance. Malgré ses raisonnements froids et détachés, Valrin se lance dans une chasse à mort. De planète en astéroïde, de vaisseau en arcologie, il avance peu à peu sur les traces d’un complot d’envergure cosmique dont l’enjeu n’est rien moins que la domination de la Galaxie.

Oeil pour oeil, dent pour dent.
Telle est la loi du talion sur la stèle d’Hammourabi.
Et c’est ce qui motive le récit et l’histoire de Valrin. Il veut tuer ses tortionnaires, remonter toute la file des exécutants pour avoir la peau des commanditaires.

Laurent Genefort est un auteur coutumier des Space Opera et des univers mystérieux. D’ailleurs, la quête de Valrin prend place dans l’univers qu’il bâtit depuis plusieurs années et cycles (celui d’Omale, par exemple) : celui des Vangks.

Alors même si l’histoire est entière en un seul volume, les aficionados pourront retrouver le même univers dans d’autres ouvrages et qui sait, peut-être un jour saurons-nous qui sont les Vangks et pourquoi ils ont laissé ces portes dans l’espace…

En attendant, il s’agit d’une histoire très rythmée, haletante même, qui tient toute ses promesses.
Les personnages sont bien campés, certains attachants, d’autres, moins. Valrin est un être extrêmement intéressant à découvrir. J’ai eu au départ un flash. Le parallèle avec The Punisher s’est fait dans mon esprit. Et si le contexte est bien différent, sur le fond les histoires sont assez semblables. De la même manière, l’introïtus m’a ramené à ma lecture des Guerriers du Silence de Pierre Bordage. Après en avoir parlé avec l’auteur, il m’a assuré que la ressemblance s’est faite de manière tout à fait inconsciente. Mais ça n’enlève rien à l’affaire, au contraire, ça permet des clins d’oeil et d’excellents souvenirs.

L’univers est tout à fait cohérent, malgré le mystère qui pèse sur les Vangks et leurs constructions. Pour ceux qui ne connaissent pas et qui veulent faire un parallèle facile, ce sont un peu les Anciens de la série Stargate – SG1. On voit leurs traces de civilisation partout, mais ce ne sont que des pièces d’un puzzle qu’il faut remettre en ordre. Ici, les pièces sont disséminées dans tous les cycles de S.-F. écrits par Genefort. Joli Puzzle !

J’ai beaucoup aimé cette lecture, faite avant de rencontrer l’auteur pour une séance de dédicace et un repas en sa compagnie le soir même. Du coup quelques questions sont venues par rapport aux Vangks et à ses sources. Les références à Bordage et à d’autres que je ne connais pas et dont j’ai oublié le nom.

A la base, la S.-F. ce n’est pas vraiment mon genre de prédilection. Mais je dois avouer que je commence à m’y intéresser un peu depuis que j’ai intégré un groupe de passionnés et que nous nous rencontrons une fois par mois pour un repas (d’où le repas avec Genefort). C’est très instructif et tandis qu’ils me convertissent aux astronefs et aux sodas lyophilisés du futur, je les initie à la bière naine et aux combats médiévaux. Donnant-donnant… La mécanique du talion, quoi :)

geneforttalion.jpg

 

 

Laurent GENEFORT, La Mécanique du Talion, L’Atalante, Nantes, 2005, 378 p.

Extrait :

Perplexe, Lance contemplait Valrin. Il secoua la tête puis s’adressa à Xavier.
« Il est comme ça avec tout le monde ?- Spécialement avec ceux qui tentent de s’approcher de lui. Valrin est un trou noir. La haine est l’horizon événementiel de son univers mental. S’il maintient les autres à distance, c’est aussi pour les préserver.- À ce que j’ai pu comprendre, tu restes tout de même à ses côtés. Drôle de relation.
- Le rôle de satellite me convient. À la bonne distance, on ne risque rien. Sans lui, je serais mort dix fois. Il a le don de courber le destin autour de lui comme un trou noir courbe l’espace-temps.
- Allons, tu crois vraiment…- Je veux y croire. C’est le seul moyen pour moi de ne pas perdre la boule.
- Et… tu t’es déjà demandé pourquoi, lui, il te garde auprès de lui ? Il a l’air de n’avoir besoin de personne.- Je ne sais pas. Peut-être qu’il m’a choisi pour lui servir de témoin. »
Ou de conscience,
ajouta-t-il en son for intérieur. En ce cas, il a bien mal choisi : un cloneur illégal, un trafiquant de chair humaine.
Mais il avait l’impression que cette partie de sa vie appartenait à quelqu’un d’autre. Quelqu’un qu’il n’avait guère envie de retrouver.« Il a peur, tout simplement. »
L’espace d’un instant, Xavier ne sut de quoi Desiderio parlait. Puis cela l’atteignit.
« Valrin, peur ? »
Desiderio sourit.
« Peur, oui. De toi, de lui-même. Que l’attachement pour quelqu’un ne le détourne de son but. Sa haine doit rester pure. Valrin n’est pas un trou noir, c’est une étoile en explosion. Il rayonne de haine pour ne pas s’effondrer sur lui-même. »Devant la perplexité de Xavier, il cligna de l’oeil et conclut :
« Après cette brillante démonstration de psycho-astronomie de bazar, je crois que nous devrions suivre l’exemple de Valrin et dormir un brin. Vous ne croyez pas ? »

 


Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6