Rêve Général

Tout a commencé le 1er avril 2009. Des millions de flyers ont fleuri en quelques heures : « Rêve Général ». J’avais 18 ans…

et mes illusions s’effondraient les unes après les autres. A l’école, javais appris la citoyenneté et la liberté, tandis que le gouvernement mettait en place l’exact contraire.

Alors qu’on m’apprenait à penser, la société m’interdisait de le faire à voix haute.
Les lois, les commissions, les interdictions. Tout cela fleurissait bien avant que j’en eux conscience. Mais ce 1er avril 2009 marquait une nouveauté.
Certainement, un plaisantin avait trouvé excellente l’idée d’offrir à la population ce message. Mais il ne se doutait pas qu’il venait d’offrir à la génération militante dont je fais partie un terreau fertile où faire germer nos idées et éclore nos actions.

Au Chat-Foin, le bistrot près de la fac, les discussions allaient bon train. Le petit groupe que je fréquentais alors s’était bien entendu réuni. « Situation d’Urgence » était le mot d’ordre du jour.
Dédé, le patron, nous écoutait refaire le monde régulièrement. Quand j’entrais, je le vis derrière le zinc, l’oreille collée à son petit poste radio. Hervé, le chef de notre bande, me fit signe.
Je saluais à la ronde et prenais place lorsque Dédé nous rejoignit.
« Ils savent toujours pas sur quel pied danser. D’après les infos, le gars qui a fait ça a eu un sérieux coup de pouce de la part de plein de monde, vu que ça s’est fait quasi-partout en France. En fait dans presque chaque grande ville.
- Et ils ont une idée de l’identité du mec ? demanda Hervé.

- Aucune. Ils continuent d’chercher. Moi, j’dis qu’ils l’attraperont pas.
- Quand même, c’est fort… C’est vraiment très fort, marmonna Linda, une fille qui m’avait tapé dans l’œil depuis qu’elle nous avait rejoint voici un an.
- C’est très fort, repris-je. Trop peut-être… Hervé, tu penses pas qu’ils vont en profiter pour renforcer la sécurité et les patrouilles dans les villes ?
- Hmm… peut-être. De toute façon, avec la crise et le bordel international, le gouvernement n’attend qu’une occasion. Et je pense pas qu’il la rate ce coup-ci. »

Nous passâmes la matinée à discuter de choses et d’autres, puis décidâmes d’aller faire un tour dans le centre, histoire de prendre la température. Chacun de nous avait pris à Dédé un sous-bock en carton et avait inscrit au marqueur ce slogan : Rêve Général. Nous en étions !
Ce rêve, nous voulions le construire et le partager. Qu’il devienne notre réalité.

Dans la rue, comme je m’y attendais, les policiers étaient en force.
Ils regardaient d’un sale œil les flots de badauds qui avaient pris au pied de la lettre cet appel. Il y eut des émeutes dans certains quartiers, rapidement matées. Puis le centre-ville fut fermé. Chacun rentra chez soi.
Au moment de nous quitter, Linda me lança une œillade puis disparut en courant, me laissant perplexe quant aux sous-entendu possibles. Hervé, à qui la scène n’avait pas échappé, me donna une bourrade avant de s’éloigner à son tour, me lançant un retentissant « Veinard ! »

Chez moi, les parents étaient devant le poste. Allocution présidentielle… Tiens, lui aussi il fait le 1er avril ? Bizarre. Je me rapprochais pour écouter.
« … journée a été marquée par une farce des plus déplaisante pour les pouvoirs publics que j’incarne. Une partie de la France a été paralysée par cette mise en scène grotesque et des émeutes ont éclaté un peu partout dans le pays. J’appelle donc ce soir les français au calme et à la pondération. Afin de pallier ces débordements je vous informe, mes très chers concitoyens, que l’Assemblée et le Sénat ont décrété la mise en place de certaines mesures avec effet immédiat. Mesures par moi proposées et validées… »

S’ensuivit la liste des mesures prises par lui, et lui seul. Et votées sous contrainte par le fantôme de démocratie siégeant dans la capitale. J’ai essentiellement retenu qu’il officialisait la création d’un service spécial afin de traquer ce genre de débordements. Les forces de police seraient renforcées, les libertés restreintes et d’autres chose encore plus inadmissibles.
Nous venions de basculer dans une dictature instituée légitimement. Et mes parents à table commentaient le discours du président ne lui donnant raison.
J’avais honte. Mais jamais je ne le leur dis. Je ne suis pas une forte tête.

Mes études m’amenèrent loin et je me fis remarquer par cette brigade spéciale, créée ce 1er avril 2009. Cette brigade mythique dont le nom seul suscite la frayeur.

Ce Rêve Général semble loin, maintenant. J’y repense car je viens de signer l’ordre d’arrestation d’un certain Hervé.
Du coup, je repense à Linda.
Linda avec qui j’ai passé quelques années heureuses avant de m’enfoncer dans le travail, de devenir un suiveur.
Je suis un suiveur.
Je n’ai presque pas de personnalité. En tout cas, pas celle du meneur qu’elle espérait. Pourtant, à sa décharge, elle y a cru longtemps. Je ne sais pas où elle est aujourd’hui. Et ça vaut mieux. Pour tout le monde.

Je repense à mes dix-huit ans, au monde dont je rêvais. Et je vois mon présent, si différent de ce futur auquel j’aspirais. Ces flyers marqué Rêve Général ont été un terreau fertile pour beaucoup. Ils ont marqué les esprits. Changé notre monde.

Mais moi, je suis tombé à côté. Dans les mauvaises herbes.
Je m’appelle André Valinseï, 28 ans.
Et je suis un Traqueur.

 

Voici le dernier texte écrit dans mon atelier d’écriture.
Une fois n’est pas coutume, l’explication vient à la fin, vu que la forme du texte s’y prête.
La consigne était de débuter par la phrase que j’ai mis en italique et de poursuivre ensuite le texte. Aucune contrainte supplémentaire, si ce n’est les 45 minutes imposées comme à chaque fois.

Pour la petite histoire, j’ai écris il y a quelques semaines un texte intitulé Le Planteur dans lequel j’ai créé le personnage d’André Valinseï et son action dans la résistance, dans le contexte de cette dictature. Le sujet donné ici m’a fourni l’occasion de développer le personnage, alors je l’ai saisie :)
Pour ceux qui voudraient lire l’autre texte, je peux sans aucun problème l’envoyer par mail. Mais je ne le mettrai pas ici, il est beaucoup trop long (5 pages) et je prends soin de vos yeux ;)

Comme toujours, j’attends vos réactions et vos commentaires.

 


8 commentaires

  1. Scorpius dit :

    Salut, Coeurdechene !
    J’ai bien aimé ce texte, ainsi que le personnage de Valinseï :)
    Et ce sera avec plaisir que je lirai ton autre texte, le Planteur, donc je te demande (prie) de me l’envoyer ^^

  2. alice dit :

    waou.J’aime bien ton texte et le contexte qu’il présente.Le personnage , m’intrigue .J’aimerais bien en savoir plus sur lui. Pourrait -tu , s’il te plait m’envoyer ton autre texte ? Merci

  3. coeurdechene dit :

    Voila, les textes sont partis.
    Merci à vous de votre intérêt.
    N’hésitez pas à revenir me donner votre opinion sur la suite ici, ou par mail :)

    Bonne lecture ;)

  4. Montiel_Font dit :

    Bravo, bravo, bravo !!! Bon il se fait tard, le marchand de sable m’attend et nounours s’en va en me disant bonne nuit… Avant d’aller à votre tour vous coucher, allez voir mon blog… Sulky, Tobby et les autres vous y attendent…

    Bonne nuit Catherine.

  5. ferrandez jean dit :

    mais ou vas tu chercher des idees pareils ? ?
    voyons
    y a pas de suiveur, ni de traqueur
    ça n existe pas, sauf chez les GROLANDAIS
    bonne continuation atoi dans tes ecritures
    ps : moi aussi je voudrais lre l histoire de ce Andre
    salut mon neveu

  6. Valerie M dit :

    Rêve ou réalité ???
    Je veut bien lire l’autre texte.
    Tu n’aurais pas dû me prier de laisser des commentaires.. je vais flooder grave !
    Je viens de lire 100 page d’un livre génial sur l’ordi cette nuit alors 5 pages de plus ou de moins, pour mes yeux.. aucun soucis !!!

  7. Valerie M dit :

    J’ai adoré Le Planteur.
    Bravo !

    A quant la récolte ?

  8. Valentine dit :

    Je t’ai déjà dit que j’aimais ? Baah , ça fait pas de mal si je te le dit encore =)

    J’aime .
    Tout , tes histoire , et ton style d’écriture =)
    Mais je sais pas si je t’es dit que tu as un Talent énorme .

    Continu , n’arrête jamais d’écrire , ça nous manquerais trop !

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6