Le Boîtelier

Voici quelques temps que je n’ai rien écrit ici.
Il est vrai que si les vacances permettent de prendre du temps pour soi, elles n’en demeurent pas moins distrayantes et l’envie de se poser pour écrire vient à manquer.

Il est maintenant grand temps de reprendre quelques habitudes et surtout de remplir à nouveaux ces pages délaissées. Et quoi de mieux pour commencer que le texte écrit mardi dernier lors de mon dernier atelier d’écriture ?
La consigne cette fois était d’écrire un texte basé sur une expression française piochée au hasard. Je ne dirais pas la mienne, en tout cas pas avant la fin… qui me semble d’ailleurs suffisamment explicite.
Bonne lecture :)

 

« Un peu de silence s’il vous plaît ! Vous pouvez regarder toutes les vitrines mais surtout faites attention à ne pas mettre les doigts dessus. Je ne tiens pas à avoir des problèmes avec le responsable du Musée. »

Le Musée des métiers ouvrait ses portes aux scolaires et j’y avais emmené la classe dont j’avais la charge. Après un travail de recherche préalable, des exposés et beaucoup d’explications, nous étions enfin récompensés par cette sortie attendue de longue date. J’avais même prévu une petite distraction et j’attendais la question qui ne manquerait pas d’arriver…

« Monsieur, monsieur !
- Oui ?
- Là, y’a un métier, vous nous en avez pas parlé.
- Ah ? Où ça ? »
Un petit groupe s’était formé autour d’un panneau présentant le métier de boîtelier. Tous mes élèves le regardaient d’un air dubitatif. En effet, à aucun moment il n’était apparu au cours de leurs recherches. Il fallait donc que j’explique. Bien.
Petite toux docte. Air sérieux. Et je dispensais le Savoir.

« Ah !Je l’avais oublié celui-ci… (quel sens de la mise en scène…) Vous êtes tombé sur un petit trésor. C’est un métier très vieux qui se pratique encore aujourd’hui, mais c’est sans doute le seul métier qui puisse se prévaloir d’être adapté à tous les milieux professionnels et sociaux. »
Aïe. Regards vides. Je les ai perdus. Marche arrière.

« Hmm. Voyons… si vous faites attention au nom, vous pourrez identifier ce dont il est question. Quel mot reconnaissez-vous dans  »boîtelier » ?
- Euh… boîter ?
- Non, mais pas loin…
- Roitelet ?
- Aucun lien. Oui ?
- Boîte ?
- Oui ! Boîte ! Merci !!! hum hum. Donc le boîtelier est à l’origine un fabricant de… boîtes.
- Beuh… c’est tout ?
- Comment ça, c’est tout ? Mais vous ne vous rendez pas compte ! C’est extrêmement important comme métier. Dans quoi vous rangez vos affaires chez vous ?
- Ben, dans des tiroirs… euh… et aussi dans des boîtes. Ah ouais !
- C’est un métier très vieux qui a servi de tout temps et partout. Mais il a évolué comme je vous le disais.
- Comment ça, monsieur ? Ça veut dire que au fur et à mesure, les boîteliers, ils fabriquaient plus les boîtes ?
- Non. Petit à petit on a appelé boîtelier différents corps de métiers qui utilisaient les boîtes. Par exemple au Moyen-Âge, les artisans qui fabriquaient les coffres pour les riches étaient des boîteliers. Plus tard, au XVIIe siècle, quelques horlogers sont devenus boîteliers en fabricant… des boîtes à musique.
- Ah, d’accord. Donc ceux qui faisaient les malles de voyage au XIXe siècle aussi ?
- Tout à fait. Et ça devient justement très intéressant à partir du XIXe siècle car encore une fois le métier se diversifie. Grâce d’ailleurs à une invention française que vous connaissez… Si je vous dis les Frères Lumière ?
- Le Cinéma !!!
- Exact. Eh bien figurez-vous que celui que vous appelez aujourd’hui le cameraman s’appelait boîtelier au tout début du cinéma, car il mettait des images dans une boîte.
- Eh m’sieur ? Et les enterreurs ?
- Les…? Aaah ! On dit les fossoyeurs. Et eux, non. Par contre, celui qui fabrique les cercueil exerce encore le métier de boîtelier… bonne idée.
- Et dans le cirque ? Le tour de la femme coupée en deux ?
- Oui, le magicien est aussi un peu boîtelier sur les bords. D’autres idées ?
- Euh, les gérants de boîte de nuit ? Les photographes ? Les fabricant de boîte noire ? Les chefs d’entreprise ?
- Oula… on se calme. Alors les boîtes de nuit, non. Photographes, oui. Boîte noires… aucune idée, à vérifier. Chef d’entreprise… chef d’entr… mais pourquoi chef d’entreprise ?
- Ben m’sieur, parss’ils ont monté leur boîte !
- Ah, d’accord. C’est malin… Donc non. »

Petit à petit, les idées tarirent. Ils avaient découvert un métier qu’ils ne soupçonnaient pas et qui ouvrait des horizons infinis. Boîtelier.

J’étais certain qu’ils s’en souviendraient… A moi maintenant d’apporter ma conclusion.

« Et moi… vous m’avez oublié.
Lueur d’incompréhension.
- Vous monsieur ?
- Oui
- Mais, vous êtes prof…
- Et je suis aussi un boîtelier.
- Depuis quand ?
- Depuis… tout à l’heure. Quand j’ai commencé à vous expliquer ce que c’était.
Regards perdus.
- Ce panneau, c’est moi qui l’ai mis ici. Depuis tout à l’heure, vous écoutez ce que j’invente… Je suis le plus grand des boîteliers parce que là, je vous ai tous mis en boîte ! »

Voila :)
Bien sûr, vous avez compris que mon expression était « Mettre quelqu’un en boîte »… :)
N’hésitez pas, comme d’habitude, à me faire part de vos remarques que je lirais avec beaucoup d’attention.

 


8 commentaires

  1. Scorpius dit :

    Excellent comme d’hab’ ! ;)
    Moi non, je ne l’ai trouvé qu’à la fin (quand tu l’a dit quoi ^^).
    Vivement les prochains ! ;)

  2. Valerie M dit :

    Bon, je fais ma maligne, j’avais trouvé dès le début, « mise en boîte » !
    Mais tout de même, on va jusqu’au bout avec plaisir..
    Bravo !

  3. coeurdechene dit :

    :)
    Merci pour vos commentaires :)
    Valérie, tant mieux, ou tant pis… Serait-ce que je deviens trop prévisible ? Ou le fait d’avoir annoncé le genre de contrainte t’a rendu plus attentive au texte…?

    Les prochains ne seront pas là avant… quelques semaines. Ceci dit, en attendant, je peux toujours mettre quelques textes plus anciens écrits dans d’autres conditions. Et bientôt de nouvelles critiques de romans, que j’ai lu et empilé mais la flemme de me mettre devant l’ordi pour les critiquer :D

  4. Acr0 dit :

    J’aime beaucoup…
    Tout simplement par la petite mise en scène, la transmission du savoir dans un lieu qui s’y prête… et puis la fin :)
    Vraiment très bien

  5. Valerie M dit :

    Tu as mis des indices : « J’avais même prévu une petite distraction et j’attendais la question qui ne manquerait pas d’arriver… » et  » Ah !Je l’avais oublié celui-ci… (quel sens de la mise en scène…) »

    Alors, c’est vrai qu’on s’y attend. Et des expressions avec boîtes, y’en a pas des masses.

    Juste un réflexion, concernant la prévisibilité : ce n’est pas grave, le but n’est pas forcément de surprendre à chaque fois. Ce n’est pas forcément la fin qui est intéressante, mais le déroulement pour y arriver.

  6. Valentine dit :

    Trop exellent , j’avais pas trouvé =D.
    Trop fort =)

  7. coeurdechene dit :

    Merci Valérie pour ces précisions. Je suis bien d’accord avec toi, mais j’aime aussi beaucoup égarer un peu mes lecteurs… ceci dit, c’est vrai qu’on ne peut pas tout avoir tout le temps.

    @Valentine : ;) Content de te voir ici :)

  8. Valerie M dit :

    Il y a un temps pour tout, pour égarer.. et pour faire simple et plaisant.

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6