Le Codex de Riva, David & Leigh EDDINGS

Pas vraiment un roman, pas non plus un documentaire.
A cheval entre les deux, le Codex de Riva contient en réalité une partie des recherches et des études stylistiques des époux Eddings avant qu’ils se mettent à écrire le cycle de La Belgariade.

 

La forme est un peu particulière car les Eddings ont imaginé que Belgarath, à la fin des aventures (avant qu’elles soient écrit…) demande au responsable des archives de Tol Honeth de lui faire une présentation de chaque pays / état du continent principal, incluant la géographie, l’histoire politique et militaire, la religion… Il contient également les livres sacrés des dieux, en tout cas quelques extraits. Et aussi, sur le principe précédent, une présentation du continent Malloréen.Belgarath intervient de temps en temps (Eddings, sous les traits de Belgarath) et Eddings lui-même intervient régulièrement pour relancer d’une boutade l’intérêt de l’ouvrage et définir l’utilité de tel ou tel passage.
Le livre se clôt sur le journal intime du roi Anheg de Cherek qui livre quelques éléments épars sur ses années de règne, durant et après les événement contés dans la Belgariade et la Mallorée. A se tordre de rire…

Bien sûr, tous les documents ne figurent pas dans le recueil. Je rappelle que les ouvrages dont il est question datent des années 80, qu’ils ont presque trente ans et qu’en ce laps de temps, l’offre sur la marché de la Fantasy, comme la demande de la part des lecteurs, ont évolués et changé…Ensuite, je précise aussi que le Codex dont il est question date de 1999 (2000 en français) et qu’il se veut être avant tout une somme des éléments dont s’est servi le couple afin d’écrire les deux cycles mythiques qui ont fait leur succès dans les années 80.

 

L’humour est omniprésent, on apprend énormément de choses sur l’univers qui se développe dans les cycles et l’on s’aperçoit que finalement le tout est vraiment très bien pensé, structuré et que dans les livres n’apparaissent que les éléments essentiels pour le lecteur. Malgré tout, le travail en amont est colossal.

 

Etant auteur(du moins, y aspirant avec plus ou moins de succès), je trouve intéressant pour moi de voir l’étendue du travail d’un autre auteur, la manière dont il s’y est pris pour finaliser son univers, construire son monde, les imperfections qu’il avoue y avoir laissé. Je n’arriverais sans doute jamais à cette somme de données que j’imagine titanesque, car là nous n’avons qu’une partie de l’iceberg, celle qui peut être publiée. Mais je vois chez moi les tas de papiers griffonnés, les feuilles volantes avec des idées dans un coin et les canevas d’histoires mélangées à d’autres papiers… sans compter, maintenant avec l’informatique, tous les fichiers avec des débuts d’histoire possibles que j’ai abandonné en cours d’écriture mais que je conserve dans un coin…

 

Alors oui, je suis enthousiasmé par cette démarche. Je trouve ça très enrichissant pour le lecteur car il mesure l’ampleur du monde, et même si il est un peu détaillé dans les romans, on ne trouve pas tous les éléments présents dans le codex (et heureusement) sinon ça aurait considérablement alourdi l’histoire et rendu inintéressants des passages entiers. Au contraire, le faire sous forme de « précis », à part, permet aux intéressés de plonger plus avant dans l’univers, et aux autres de passer joyeusement leur chemin.

 

Codex de RivaEDDINGS David & Leigh, Le Codex de Riva, Rendez-vous Ailleurs, 2000, 476 pages.

 

Extrait :
Juste pour le plaisir, un florilège des notes tirées du journal d’Anheg, roi de Cherek, sur les moments marquants de sa vie familiale… Il a… une certaine vision des choses :)

 

5380 – Islena (la femme d’Anheg) continue à se comporter d’une façon étrange. Si j’avais le temps, je mènerai ma petite enquête pour découvrir le fond du problème.
[...]
Mon Islena est enceinte ! C’est stupéfiant ! Soit elle a surmonté sa terreur de l’enfantement, soit les potions qu’elle prend chaque jour pour éviter une grossesse lui ont fait défaut. Elle refuse d’aborder le sujet. Merel, la femme de Barak, ne la quitte pas d’une semelle pour la soutenir dans ses moments de faiblesse. Voilà une femme faite d’acier ! Parfois, elle réussit même à m’intimider. Mais il faut la voir ronronner en présence de son époux… Je ne comprendrai jamais les femmes.
Après tant d’années, je vais enfin être père ! Pour fêter ça, Barak et moi allons prendre une cuite mémorable.
[...]
Islena enfle comme un tonneau, et elle s’est prise de passion pour les fraises. Où vais-je donc en trouver à cette époque de l’année ?
[...]
Polgara a gracieusement envoyé à Islena des paniers de fraises de son jardin. Comment fait-elle pour obtenir ces fruits au milieu de l’automne ? Mystère…
Ma tendre épouse en a mangé deux avant de s’en désintéresser totalement. Que vais-je faire de toutes ces fraises ?
[...]
J’ai un fils ! Un gros garçon aux cheveux noirs et aux poumons pareils à un soufflet de forge ! Que Belar en soit remercié !
Comme l’exige la coutume, Barak et moi l’avons immédiatement emmené sur les quais pour lui tremper les pieds dans l’eau de mer, afin qu’il devienne un hardi marin. A notre retour, nous avons vidé un tonnelet de bière pour nous donner un peu d’inspiration et nous aider à lui choisir un nom.
Malheureusement, l’alcool n’a pas affecté ma créativité dans le sens voulu. Selon nos earls, peu après minuit j’ai renversé le contenu d’une chope sur la tête de mon fils en le baptisant Anheg, comme moi. Bah ! Anheg II, ce n’est pas si vilain…
L’accouchement d’Islena a duré un jour et demi. Rien qui vaille la peine d’être mentionné. Mais dans sa bouche, ça prend des proportions titanesques. Je vais m’efforcer d’être patient avec elle : après tout, elle a porté mon fils. Je suppose que je lui dois quelque chose en échange.

 

5381 – Mon fils marche à présent. Pour fêter ça, je lui ai donné une petite chope de bière. Depuis, Islena ne m’adresse plus la parole.

 

Et ça continue…

 


5 commentaires

  1. Acr0 dit :

    Tu m’avais effectivement conseillé sa lecture (en commentaires sur mon blog). Mais j’aimerai savoir si tu préconises sa lecture n’importe quand, avant la lecture des cycles Belgériade-Mallorée,…?
    En fait, ce livre peut être considéré comme un gros « bonus »
    En tout cas, les extraits sont pas mal :)
    Bref, je le rajoute à ma liste !

  2. shana dit :

    bonjour,
    je vous laisse un commentaire qui n’a rien à voir avec votre article, mais en ce moment je lis « le dernier jour d’un condamné » de V.Hugo.
    je naviguais sur un site et j’aurais une question à vous poser à propos de l’un de votre commentaire sur se site: http://www.biblioblog.fr/index.php/post/2007/01/31/433-le-dernier-jour-d-un-condamne-victor-hugo

    Vous avez écrit :  » Peu de choses à rajouter sur ce que tu dis, Laurence, si ce n’est que ça me fait bizarre que tu mettes ça en ligne maintenant alors que j’en ai conseillé hier la lecture à des élèves travaillant sur la justice en ECJS…
    En tous, un court livre mais d’une intensité rarement atteinte. Et si je me rappelle bien de mes cours, il faut mettre ce plaidoyer contre la peine de mort en parallèle avec la préface de Cromwell, du même auteur.

    Enfin, pour la petite histoire, c’est mon auteur préféré chez les « classiques » (quel gros mot) et mon maître à penser. J’ai découvert Hugo en 1ère avec Les Châtiments et depuis il me suit partout :)
    Merci pour cette critique.  »

    J’aimerais savoir la raison pour laquelle il faut mettre la préface de Cromwell en parallèle avec « le dernier jour d’un condamné ».

    Merci de me répondre au plus vite (si possible)

  3. morbidos dit :

    Salut,

    En fait je cherche désemparement ce livre, qui apparemment n’est plus édité. Je n’arrive pas à le trouver sur les sites de vente en ligne, ni dans les librairies locales (j’habite en province). Aurais tu une idée, sur l’endroit ou je pourrais me le procurer ? (même une bonne adresse sur Paris !)

    Merci

  4. coeurdechene dit :

    Bonjour :)
    Je comprends ton désarroi… J’ai moi même eu énormément de chance de le trouver l’an dernier en montant sur Paris.
    Je l’ai déniché dans la Librairie Scylla >> http://www.scylla.fr/
    Sinon, je te conseilles de regarder sur le site de la Librairie Ys (librairie en ligne) >> http://www.librys.fr/
    Ces deux librairies sont spécialisées dans les Mondes Imaginaires…
    Bon courage…

  5. morbidos dit :

    Salut,

    Merci pour cette adresse je lui rendrai visite des que possible ;)
    Oui je connaissait le site librys.fr j’y ai même mis un rappel automatique pour être averti de sa prochaine réédition.

    Encore une fois merci beaucoup pour ces infos. :D

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6