In Memoriam

Oui, en ce moment j’ai ma petite période titres en latin…
En même temps, je ne vois pas comment j’aurais pu intituler autrement ce texte écrit lors du dernier atelier.

Notre consigne était simple, mais pourtant pas si évidente que ça quand on y réfléchit… Car elle demande une certaine réflexion et quelques idées. Mais bon, on s’en est sorti :) Enfin, vous jugerez sur pièce…
Donc la consigne de l’atelier était : « Mémoires d’une boîte aux lettres ». C’est tout. Rien d’autre que ça.
Ah ! C’est pas si évident, hein ? Bon, donc je vous livre, comme d’habitude mon texte, c’est à dire ma version / vision de cette histoire. Mais rien n’est moins figé que ce genre de consigne. Aussi, je serais ravi de lire ce qui pourrait vous venir à l’esprit sur ce sujet :) En respectant bien sûr la règle des 45 minutes d’écriture (sinon, c’est de la triche).boite.jpg

Bonne lecture, et laissez moi vos critiques en fin de texte.

 

In Memoriam

Mémoires d’une boîte aux lettres

Cher journal,

Hier, il m’est arrivé un truc pas croyable. J’en suis encore toute retournée. J’ai eu beaucoup de mal à dormir. D’ailleurs, mon réveil ne sonne que dans une heure et tout le monde dort encore. Ça m’arrange, au moins je peux te parler tranquillement.

Hier, comme je disais, je suis allée au Musée des Objets Rares et Précieux avec Mme Levêque. La vieille pie nous a sortis comme une cane ses canetons. Mais cette visite nous a fait le plus grand bien. En fait, je devrais dire qu’elle m’a fait du bien. Comme ut sais, à l’école ça va pas fort. Mais je m’en fiche. Tu es là pour me consoler.

Enfin, je disais qu’il m’est arrivé un truc super incroyable. En fait, dans le Musée, il y avait un objet un peu étrange. Tout seul dans sa vitrine, sous la lumière. Je les ai pas vu, mais je suis sûre qu’il y avait des rayons infrarouges pour le protéger. Sur la pancarte digitale, près de l’objet, il y avait affiché (je l’ai photographié avec mon appareil pour pas oublier) :

Lettre – 2013

Collection Privée. Famille La Poste

D’après ce que j’ai compris, c’est un vieil objet, qui date d’avant que les ordi-com soient sur le marché. Je comprends pas comment ils faisaient avant, les gens. Moi je pourrais pas me passer de toi.

La Lettre, elle était toute tâchée. Mais dessus, on voyait encore ce que les gens d’avant appelaient un timbre (c’est la vieille pie qui me l’a dit) et on voyait aussi le cachet de la Famille Royale La Poste. De voir ça, ça m’a fait tout bizarre. Y a un truc qui s’est passé dans ma tête, je sais pas ce que c’était. Une sorte de flash. Et plein d’images, avec le son et tout. C’était pas un rêve, vu que j’étais réveillée. J’ai eu l’impression que ça durait super longtemps. Plusieurs heures. Mais après, quand j’ai regardé mon holomontre, il s’était juste écoulé quelques secondes universelles.

Je sais pas ce qui s’est passé. Ça me fait peur et en même temps c’est excitant. C’est comme si j’avais eu pendant quelques instants les souvenirs de quelqu’un d’autre.
En fait, c’est surtout une voix qui a résonné dans ma tête. Comme si je savais ce qu’il y avait dans cette lettre et que je la lisais. Ou plutôt, comme si on me la lisait. Je vais essayer de me rappeler…

 

Le Musée est désert.
Une horloge proche sonne la demi d’une quelconque heure de la nuit. Dans un coin obscur, seule dans une cage de verre, la Lettre trône dans son enveloppe. Toutes les lumières sont éteintes. Jour après jour, c’est le défilé des visiteurs. Nuit après nuit, la plongée dans l’oubli. Sauf aujourd’hui. Aujourd’hui où le message a été délivré. Enfin.
La Lettre se craquèle. S’effrite. Disparaît.

 

Dans sa chambre, une jeune fille finit de confier à son journal le texte qui s’est imprégné dans son esprit. Elle le relit, les yeux embués de larmes. Puis ferme l’ordinateur avant de sombrer dans un sommeil obscur. Sans rêves.

 

Boîte aux Lettres.
Tel est le nom que l’on me donnait.
Je recevais tous les jours des lettres semblables à celle que vous tenez entre vos doigts.
Des messages destinés à celui à qui j’appartenais.
Objet de décoration, objet de fierté, j’étais exposé dans toutes les rues.
Objet de vengeance, j’étais la première victime des peintres sauvages.
Objet de désir, on m’a parfois volé.
Objet d’attention, enfin, car j’étais le seul lien existant entre mon propriétaire et ses congénères.
Puis les choses ont changé.
Informatique. Ordinateur. Réseau. Sat-Com.
Petit à petit, on s’est désintéressé de moi. Je n’étais même plus une curiosité.
Dans l’air, je sentais que c’était la fin.

Être humain.
Si un jour tu reçois ce message, c’est que je ne suis plus de ce monde. Ni moi, ni aucun autre de mon espèce. Je suis le dernier.
Cette lettre est ma volonté.
Elle restera intacte jusqu’à trouver un réceptacle qui saura la respecter. Puis elle disparaîtra.
Et avec elle, je disparaîtrai. A jamais.
Alors si je peux te demander une chose avant de cesser d’exister, en mémoire de nous, c’est de réécrire notre histoire et de la diffuser. Pour ne pas oublier.

Frères humains qui après nous vivez,
N’ayez contre nous vos coeurs endurcis.
Car si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plutôt de vous merci.

 

 


4 commentaires

  1. dwalan dit :

    Beaucoup d’imagination. Et rédiger cela en 45 minutes, si tu n’y as pas réfléchis avant, alors chapeau !

  2. coeurdechene dit :

    Merci :)
    Effectivement, nous n’y avons pas réfléchi avant puisque le but du jeu est justement de faire un texte selon la consigne donnée. Une fois la consigne connue, le top départ est lancé et nous avons environ 45mn (plus souvent entre 30 et 40… :) )
    C’est un excellent entraînement pour ordonner rapidement ses idées et bâtir une histoire en peu de temps. Mais ça n’aide pas pour les concours :p

  3. Leiloona dit :

    C’est toujours étonnant de voir ce que nous pouvons écrire en 45 minutes ! J’aime bien ton idée ! :D

  4. Emilie dit :

    Réelle nostalgie des échanges manuscrits ou simple adoption, pendant 45 minutes, d’un point de vue bien précis?
    En tout cas j’aime beaucoup la fin sur la Balade des Pendus ;)

Répondre

thedailyprophet |
Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | journal de la guenon du bou...
| meslivrespreferees
| sandys6